pierretichadou.blog4ever.com

pierre laurent tichadou

Henri Matisse 1869-1954

 

 

centre pompidou 

 

 

J'

aime la 2ème version de « la danse Mérion » 1932-1933, commande du richissime collectionneur américain Barnes. C'est une œuvre monumentale de 70 m2 quisymbolise bien à mes yeux la maîtrise des couleurs de Matisse et son évolution vers les papiers découpés sur la fin de sa vie.

 

 

Une remarquable exposition a eu lieu au centre Pompidou en 1993. L'engouement du public français, longtemps réservé envers cet artiste, a été extraordinaire, j'ai encore le souvenir douloureux des 4 heures d'attente et de la ½ heure accordée pour la visite !

On connaît sa rivalité amicale avec Picasso, leur respect mutuel et son long parcours, depuis le fauvisme et ses orgies de tons purs du début du siècle jusqu'aux collages de «jazz», les fresques et vitraux de la chapelle du rosaire de Vence, chef d'œuvre parachevant sa vie, en passant par les motifs décoratifs explosant de couleurs et de formes simplifiées. Ce géant de l'art moderne, est un bourgeois parfaitement normal, « un génie en cravate ». La création n'aurait-elle donc pas besoin des paradis artificiels, de drogue ou d'alcool ? Je trouve la chose plutôt réconfortante.

Matisse a inventé de nouveaux accords colorés et s'est introduit  au plus intime de la vie de nos contemporains. Yves Saint-Laurent fut l'un des premiers à s'en inspirer pour créer de nouveaux drapés, les designers se sont emparés de ses motifs.

 

Artiste de la joie de vivre, de la lumière et du bonheur, il a réussi mieux que personne à simplifier la peinture et a atteint un art d' « équilibre, de pureté et de sérénité » reconnu dans le monde entier.

    

Les passionnés pourront lire le « Henri Matisse » de Pierre Schneider, éditions Flammarion, brillant ouvrage de référence de 759 pages.

 



19/08/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi