pierretichadou.blog4ever.com

pierre laurent tichadou

Francisco Goya 1746-1832

 

 autoportrait 1815

 

Lorsque l'on est de passage à Madrid et que l'on aime la peinture, visiter le musée du Prado s'impose. C'était il y a bien longtemps mais la découverte des toiles de Goya demeure une des grandes émotions artistiques de ma vie. Francisco Goya y Lucientes est né en 1746 dans une famille pauvre non loin de Saragosse, au nord-est de l'Espagne. Il est mort en 1832 à Bordeaux. Entre ces deux dates, un formidable destin qui le vit, au faîte de sa gloire, peintre officiel du roi avant de tomber en disgrâce et de terminer sa vie en exil en France. Créateur prolifique (cartons pour la tapisserie, eaux-fortes), tour à tour témoin des réjouissances populaires et portraitiste de la famille royale, on  découvre des œuvres lumineuses et enjouées où il excelle  dans le travail coloré des gris et des ocres puis, dans la dernière partie de sa vie, un  monde noir  et   brutal d'assassins, de sorciers et de monstres dont les yeux hallucinés fixent le visiteur. Il eut vingt enfants de la même femme, presque tous moururent en bas âge. Plus tard, il eut une liaison avec la duchesse d'Albe qui finit mystérieusement empoisonnée.

A 45 ans, Goya devint sourd. Dans son autoportrait, on retrouve une ressemblance étrange avec son contemporain Beethoven qui fut atteint de la même infirmité.

Les parcours lisses, sans aspérité ni colère, n'engendreront jamais une telle puissance créatrice. Ni un tel courage sans doute, dans son combat contre l'occupant Napoléonien, lors des convulsions  de  la guerre  d'indépendance,  dans la fidélité à ses idéaux et son absence de compromissions.

Trait d'union entre le romantisme classique et l'impressionnisme, son influence sur la peinture moderne est considérable.

 

 



18/07/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi