pierretichadou.blog4ever.com

pierre laurent tichadou

IRLANDE, la côte ouest (diaporama et carnet de voyage)

    musique d'accompagnement    My boy, Elvis Presley 

 

 

 

      Céad Míle Fáilte

                                                                            (mille fois bienvenue)

 

 


Le plus simple pour gagner l'Irlande, c'est évidemment l'avion avec arrivée à l'aéroport de Shannon. Une autre solution consiste à  traverser l'Angleterre et le Pays de Galles, et  à embarquer à Holyhead, avec arrivée 3h plus tard à Dublin.

Vous trouverez facilement à vous loger chez l'habitant, l'accueil irlandais est à la hauteur de sa réputation. Le prix des hôtels, qui a beaucoup baissé depuis la crise, est devenu très abordable dans les grandes villes (Ardmore hotel* à Dublin, hotel Flannerys* à Galway). 

Mais si l'on veut remonter toute la côte ouest, de loin la plus sauvage et la plus belle, il est intéressant de prendre la Brittany Ferries à Roscoff (départ au pays des artichauts à 21h30, et arrivée à Cork le lendemain à 10 heures.)

Evidemment ne pas oublier que l'on roule à gauche, comme ce français qui est venu emplâtrer mon coupé Mazda flambant neuf lors de mon avant-dernier voyage !

Il faut sortir rapidement de Cork, 2ème ville du pays, mais sans grand intérêt, et prendre les routes sinueuses de la côte sud, de Kinsale à Skibereen, qui serpentent face à de petites criques plus superbes les unes que les autres.

Avant de vous lancer dans le tour du Kerry, prenez le temps de faire au moins une des minuscules presqu'îles du sud, Bantry et sa baie superbe, Glengariff, son microclimat  et sa flore luxuriante, et ne manquez pour rien au monde la Healy Pass, route de nulle part où ne poussent que les moutons, dans la presqu'île de Beara…

 

Le tour du Kerry est incontournable, Kenmare, Sneem et ses maisons bariolées, Waterville, Portmagee et Valencia Island, Killarney, ses lacs et ses jardins (profusion de rhododendrons en avril-mai) et les montagnes souvent finement saupoudrées de neige.

 

Je trouve que la péninsule la plus extraordinaire, la plus sauvage en tout cas, est Dingle avec tout au bout la sublime pointe de Slea Head battue par l'océan où, hier encore, un vieux navire échoué n'en finissait pas de rouiller  sous  les assauts  incessants des vagues, du vent et des embruns. Commandez une mer un peu tempétueuse, ce coin de bout du monde devient alors grandiose.

Si vous êtes golfeur, arrêtez-vous à Ballybunnion (c'est un des plus beaux links irlandais), traversez le fleuve Shannon en bac, puis la région aride du Burren, les falaises (Cliffs of Moher) et, face aux îles d'Aran, le minuscule village de Doolin, qui malheureusement est pris d'assaut par les touristes depuis quelques années.

 

  l'affichage PLEIN ECRAN  : cliquer sur la photo puis sur les flèches http://static.blog4ever.com/2006/01/30288/artfichier_30288_911101_201205221800603.jpg qui apparaissent.

La vitesse de défilement est également modifiable.

 

 

Voici le Connemara, Galway la ville principale, aux lointaines influences espagnoles, son étonnante et somptueuse cathédrale, Maam Cross, ses lacs paisibles au pied des Twelve Bens cousins gaéliques de nos volcans d'Auvergne, le pont de l'«homme tranquille», ce vieux film mythique en noir et blanc avec John Wayne et Maureen O'Hara, et tout au bout du monde, Clifden et «Sky Road», le fjord de Leenane,  Kylemore Abbey, Cong et la «Joyce Country», le lough Corrib, le château d'Ashford…

 

Sur la côte sud du Connemara, la route suit une côte découpée aux nombreuses baies, Ballyconnely, Cashel où séjourna De Gaule sur la fin de sa vie, et  vers Spiddle, les étonnants murets de pierre sèche à perte de vue qui témoignent de l'austérité de la vie et de la pauvreté de cette terre.

 

 Au nord, en direction d'Achill Island,  arrêtez-vous à Burrishole Abbey  dans  la baie de Newport, vestige d'un cloître du XVème avec son étonnant cimetière marin aux croix celtiques plantées dans la terre. Puis au village fantôme de Slievemore déserté par ses habitants lors de la Grande Famine.

 

Face à l'océan, Achill Head enfin, tout au bout de l'île.

N'oubliez surtout pas de passer une longue soirée au pub, avec musique country, folklore, bière brune et amère à profusion.

« Guinness is good for you »

 

C'est ce que dit la pub placardée au mur, j'en suis à ma troisième chope et le chanteur attaque cet air qui me fait littéralement fondre (je ne vous dis pas dans quel état je suis lorsque c'est Carole Laure qui chante !), «the last dance for me». La soirée est porteuse d'espoir, ça tombe bien, la fille en face de moi qui lève son bock à ma santé est aussi rousse que Maureen O'Hara (il n'y a aucune incompatibilité à être attiré à la fois par les brunes canadiennes et les rousses irlandaises. De plus j'affirme que je n'ai rien contre les blondes). Mais ça tombe mal, le gars qui l'accompagne est plus baraqué que John Wayne. De toute façon c'était histoire de faire le malin, ma femme est à mes côtés et j'adore ma femme.

 

Vous pouvez, si vous avez comme moi une phobie certaine de l'avion, repartir par Roslare (sur la côte est), traverser le Pays de Galles, le Sud-Ouest de l'Angleterre (Bath est une petite ville superbe), embarquer à Southampton  par la Sealink, direction Cherbourg.

Sur le chemin du retour, et sans faire de détour, choisissez, selon votre attirance pour les châteaux ou les cathédrales, soit la route du Mont Saint Michel, Fougères et Vitré, soit celle de Lisieux et Chartres.

 

 

http://www.discoverireland.com/fr/

 

http://www.ouestirlande.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 



04/05/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi